S’informer

Qu’est ce que la harcèlement ? Comment détecter les violences ? Suis-je victime de violences ? Qu’est ce que le consentement ? Comment puis-je aider quelqu’un qui me semble victime ? Voici quelques informations…


Le harcèlement

Harcèlement moral

Le harcèlement moral se manifeste par des agissements répétés susceptibles d’entraîner, pour la personne qui les subit, une dégradation de ses conditions d’études ou de travail pouvant aboutir à :

  • une atteinte à ses droits et à sa dignité,
  • une altération de sa santé physique ou mentale,
  • ou une menace pour son évolution professionnelle.

Ces agissements sont interdits, même en l’absence de lien hiérarchique entre vous et l’auteur des faits. Le bizutage peut être considéré comme du harcèlement.

Il peut s’agir de conduites qui, prises isolément, peuvent paraître banales, mais qui deviennent très dévastatrices par leur répétition.

> En savoir plus sur le harcèlement moral

Harcèlement sexuel

Le harcèlement sexuel se caractérise par le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste, qui :

  • portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant,
  • ou créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante.

Est assimilée au harcèlement sexuel toute forme de pression grave (même non répétée) dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte sexuel, au profit de l’auteur des faits ou d’un tiers.

Dans les 2 cas, le harcèlement sexuel est puni quels que soient les liens entre l’auteur et sa victime.

Si l’auteur des faits a eu un contact physique avec vous, il pourrait s’agir d’une agression sexuelle.

> En savoir plus sur le harcèlement sexuel

Cyber-harcèlement

Le harcèlement en ligne est un harcèlement ( cf harcèlement moral et sexuel ) s’effectuant via internet (sur un réseau social, un forum, un jeu vidéo multijoueurs, un blog…).

Les propos en cause peuvent être des commentaires d’internautes, des vidéos, des montages d’images, des messages sur des forums, le sexting, la publication de photo ou vidéo de la victime portant atteinte à sa dignité, le piratage de comptes.

Le harcèlement en ligne est puni que les échanges soient publics (sur un forum par exemple) ou privés (entre amis sur un réseau social).

> En savoir plus sur le cyber-harcèlement

Numéro d’écoute : 3919 // Tchat anonyme et gratuit pour les jeunes femmes : http://www.commentonsaime.fr // Cellule d’écoute UPEC : stop-violences@u-pec.fr


Le consentement

Le respect du consentement, c’est un apprentissage. Un apprentissage du oui et du non, du plaisir et du désir. Un apprentissage qui, dans une relation, se fait à deux. Le consentement peut s’exprimer de plusieurs manières, il peut être verbal ou gestuel, il peut être explicite ou implicite. Il n’est jamais définitif ni automatiquement extensif. Il peut être valable seulement à un moment donné sur une pratique donnée.

Alors c’est quoi le consentement exactement ? Il ne suffit pas d’un oui ! Voici quelques exemples :

  • Dire « oui » à une personne qui exerce un pouvoir sur vous (parents, professeur, patron etc.), ce n’est pas consentir
  • Dire « oui » alors que l’autre menace de te quitter, ce n’est pas consentir.
  • Dire « oui » sans savoir à quoi on dit « oui », ce n’est pas consentir.
  • Dire « oui » parce qu’on a peur de perdre l’autre, ce n’est pas consentir.
  • Dire « oui » avec un couteau sous la gorge, ce n’est pas consentir.
  • Quand on dort, on ne peut pas consentir.
  • Quand on a trop bu ou pris trop de drogues, on ne peut pas consentir.
  • Et si quelqu’un nous fait trop peur pour que l’on puisse dire « non », alors on ne peut pas consentir non plus.
  • Dire « oui » sous la menace, la contrainte, la pression, le chantage ou la violence, ce n’est pas consentir.
  • Dire « oui » puis changer d’avis, ce n’est pas consentir
  • Dire « non » ce n’est pas consentir même si cela paraît évident
  • Dire « non » puis « oui » parce que la personne a insisté ou qu’elle s’est victimisée, ce n’est pas consentir
  • Ne rien dire, ce n’est pas consentir
  • Hésiter, ce n’est pas consentir
  • Dire « oui » parce qu’on est en couple et qu’on croit qu’on ne peut pas dire non, ce n’est pas consentir
  • Dire « oui » quand on est sous emprise, ce n’est pas consentir
  • Mes habits ne font pas office de consentement
  • Dire « oui » une fois ne vaut pas un consentement illimité dans le temps

S’il n’y a pas consentement lors d’un rapport sexuel avec pénétration, il pourrait s’agir d’un viol. Pour trouver une écoute ou de l’aide :

Tu n’es pas seul.e, nous te croyons


Comment puis-je aider une victime ?

« Je te crois »

« tu n’es pas responsable »

« tu as bien fait de m’en parler »

« tu n’es pas seul.e »

Harcèlement de rue
https://www.standup-international.com
Violences conjugales
http://www.ellesimaginent.fr
Violences sexistes et sexuelles
https://arretonslesviolences.gouv.fr/

Numéros utiles

17

La police et la gendarmerie

114

En remplacement du 15, 17 et 18 pour les personnes sourdes, malentendantes, aphasiques, dysphasiques

3919

Violences Femmes Info

C’est un numéro
d’écoute national destiné :

– aux femmes victimes de violences
– à leur entourage
– aux professionnels concernés

119

Enfance en danger

C’est un numéro d’écoute national destiné aux enfants ou aux témoins de violences sur enfants

01 48 06 42 41

SOS Homophobie

01 40 47 06 06

Ecoute violences femmes handicapées

01 40 35 36 55

SOS racisme

Plus d’informations sur https://arretonslesviolences.gouv.fr/besoin-d-aide